Les spots d’Oman par Arthur Samzun

Les spots d’Oman par Arthur Samzun

16 novembre 2021 0 Par Redouane4664

Arthur est filmaker et a travaillé un moment pour des camps de dakhla

 

Lorsque j’ai appris qu’Oman était surnommé « la terre aux 1001 spots », j’ai voulu en savoir plus. Mais, mis à part les stats de vent alléchantes sur Windguru, internet restait peu bavard sur la pratique du kite dans cette région. En fait, le sultanat fait surtout parler de lui pour le bivouac et les roadtrip. Un rapide survol du pays avec Google Earth a pourtant suffit à me convaincre d’y aller. Pourquoi ne pas rider en bivouaquant ? Le 6 juillet je m’envolais donc pour Mascate à bord d’un avion Oman Air… le début de quinze jours de roadtrip à la découverte de nouveaux spots ! (cf. articles sur les spots, à venir).
Voici quelques conseils pour camper et rider à Oman.

Avant le départ

Avec des températures dépassant les 45 degrés la journée et avoisinant 35 degrés la nuit, pas besoin de grand chose pour camper. En plus du matériel de kite, mon boardbag contenait seulement : une légère tente Quechua (2kg), un matelas de sol gonflable (Matelas autogonflant L Ultra Quechua ), un oreiller gonglable, un drap, une lampe frontale, un kit cuisine décathlon et une douche solaire.

Avant de partir j’avais également réservé un 4×4 auprès de la compagnie Budget. C’est elle qui offre les prix les plus intéressants (environ 45€/jour pour un Toyota Prado). Louer un 4×4 s’avère indispensable si vous voulez profiter pleinement du pays.

S’y rendre

Au départ de Paris Charles de Gaulle, Oman Air propose quotidiennement un vol pour Mascate. Cette compagnie offre un service de qualité. Je n’ai eu aucun retard et les 7h de vol se sont très bien passées.

L’arrivée à Mascate

A l’aéroport, je récupère la voiture. L’équipe de Budget à Mascate a été très aimable et efficace. Si vous souhaitez découvrir pleinement le pays et emprunter ses innombrables pistes ne faites pas l’impasse sur le 4×4 !

Petit dégonflage des pneus avant quelques km de pistes
Je me rends ensuite au Carrefour, situé à 10 min de l’aéroport (demandez City Center), afin de compléter mon matériel de camping. Vous y trouverez tout pour bivouaquer car c’est une pratique très appréciée des Omanais. A mon boarbag déjà bien rempli se rajoutent alors : natte de sol (env. 5€), réchaud à gaz (env. 10€), lampe à huile, bassine, Tupperware, bidon à eau et conserves.
Je vous conseille également de faire le change au City Center car le taux y est plus intéressant qu’à l’aéroport.
Pensez aussi à acheter une carte internet car le gps est très utile à Oman (Oman Tel fonctionne dans tout le pays. 10€ pour 4,5 Gb) .

Bivouaquer à Oman

Rien de plus simple ! Un coin de plage, une dune de sable, à l’abri d’un bateau ou d’une cabane de pécheurs, au bord d’un wadi… j’ai posé ma tente à chacun de ces endroits sans jamais avoir de problème. Oman est un pays sûr et les Omanais vous aideront à la moindre difficulté.
Camper est une option intéressante car le coût du logement est élevé dans tout le pays. Par contre, la nourriture est très bon marché (3 à 5€)!

Wadi Tiwi

A inclure dans votre itinéraire kite
Bien que le pays soit en grosse partie désertique, il contient une grande diversité de paysages. La région du Dhofar, par exemple, est tropicale alors que celle de Mascate, au sud, est montagneuse et aride. Voici un top 3 des lieux que j’ai visités :

 

Campement à Masirah

Wadi Shab : sans doute le plus beau wadi omanais ! A 50 km au sud de Mascate (route de Sur), vous trouverez l’embouchure du wadi. Un bateau vous amènera sur l’autre rive pour 2 OMR. De là, vous accéderez au premier wadi après 45 min de marche. Trois magnifiques lacs sont à traverser à la nage pour atteindre une cascade dans une grotte. Évitez les jours fériés et les weekend.

 

Wahiba sands: à ne pas oublier ! Ce désert aux dunes rouges et jaunes est une pure merveille. On y accède très facilement. Sur la route 23, entre Ibra et Sur, je me suis arrêté à Al-Qabil, un joli village dans une oasis. De là, j’ai posé ma tente sur les premières dunes.. C’est un vrai plaisir de s’enfoncer en off-road dans le désert.

 

Wadi Bani Khalid : en continuant vers Sur, sur la 23, arrêtez-vous à Muqal. Ce village, construit entre deux montagnes, est le point de départ pour rejoindre le wadi Bani Khalid. Equipé d’une lampe torche ou d’un flash de téléphone, enfoncez vous jusqu’à « Muqal cave » pour vous baigner dans l’obscurité.

 

« Bar Al Hickman », une lagune sans fin…

Le sultanat d’Oman regorge de spots de kite. Vous en trouverez sur toute la côte de Mascate à Salalah en passant par l’île de Massirah. La saison des vents s’étend de mi-juin à mi-septembre. Les mois de juillet et mi-août sont les plus forts en sachant que plus on descend au sud plus le vent souffle. Entre Sur et Masirah il peut y avoir 20 noeuds de différence ! Sur la route, je me suis arrêté sur de nombreux spots… Voici un petit best of !

Ras al Hadd

A 45 kilomètres au sud de Sur se trouve le lagon de Ras al Hadd. Sur ce petit bras de mer souffle un vent onshore. Seuls bémols : plus d’air entre 10h et 14h, spot légèrement choppy et zone de décollage près de la route.

Comment camper ? J’ai posé ma tente sur la plage, côté mer, en face du lagon. La nuit vous pouvez voir de grosses tortues de mer creusant leur trou dans le sable. C’est aussi un super spot pour le snorkelling.

High five avec Anna, Aseelah

Plus au sud encore, en face de l’hôtel Aseelah Beach, vous trouverez un super spot de vagues. Le vent y est side off-shore. Faites cependant attention aux nombreux rochers. Les vagues sont accessible à tous par petite houle mais peuvent facilement atteindre 3m dans les gros jours !

L’île de Masirah, La terre aux 1001 spots !

Pour s’y rendre : A Shannah, prenez un ferry jusqu’à Ras Hilf, l’unique ville au nord de l’île. En 45 minutes et pour 60€ A/R (deux personnes, une voiture), vous êtes à Masirah !

Selon l’endroit où vous vous trouvez sur l’île, les conditions varient très fortement : du vent fort au faible, du flat aux vagues. La liste des spots est longue car on en trouve à chaque kilomètre !
La saison s’étend de mai à septembre en sachant que le vent peut souffler très fort en juillet/août. J’ai eu jusqu’à 40 noeuds mi-juillet. Mais cela dépend surtout de votre position sur l’île ! Plus on descend vers le sud moins le vent souffle… certains jours il y avait jusqu’à 20 noeuds de différence entre le nord et le sud !

A l’ouest de Masirah, ce sont les spots de flat. Le vent est side voire offshore.
A l’est, c’est le paradis du strapless ! Les spots de vagues sont très nombreux de ce côté de l’île. J’ai testé celui à la pointe sud… top ! Si vous voulez de grosses vagues, la houle semble plus importante de juillet à mi août car le vent est plus fort.

A chaque fois, j’étais émerveillé par la beauté des paysages désertiques, l’eau turquoise et surtout la préservation de l’île. Comme les rares hôtels se trouvent dans la ville, vous ne croisez que des dromadaires !
Je n’ai pas pu tester tous les spots de l’île car le vent soufflait souvent trop fort.Voici les spots que j’ai testé :

Jetée de Marsis : du flat et encore du flat ! Spot parfait pour le freestyle derrière une digue de rocher d’une centaine de mètres.

Gashar Shik : au sud de Massirah se trouve une jolie petite baie turquoise au plan d’eau flat. J’ai campé une semaine devant le spot car le vent soufflait moins fort que sur le reste de l’île. A marée basse, l’eau est vraiment peu profonde mais ça ride quand même !      Astuce pour camper: Un petit village de cabane de pêcheur abandonné nous a permis de nous abrité du vent.

campement sur le spot !
Khasit  : très bon spot de vagues. Vent side offshore et les vagues sont faciles. Faites cependant attention aux planchistes qui adorent ce spot !

 

Astuce pour camper: les windsurfers on construit un petit abris pour storer tous leurs matos, idéal pour abriter notre petite tente.

Bar-al-Hickman

Sans doute un des meilleurs spots que j’ai fait ! A Shannah, prenez la route vers Hiji puis poursuivez vers Film. Quelques kilomètres avant Film, sur la gauche, empruntez une piste et continuez sur 35km vers la mer. Vous arriverez sur une immense lagune de 4km carrés. Le plan d’eau est flat à marée basse comme à marée haute. Le vent est très régulier. Surtout, l’ambiance là bas est unique. J’avais l’impression d’être arrivé au bout du monde.
Astuce pour camper: Pas très confortable de camper sur la lagune car le vent soufflait trop fort. En reprenant la piste, j’ai découvert un petit village de pêcheurs. J’ai posé ma tente à l’abri d’une des cabanes sans aucune difficulté.

 

Pour en savoir plus sur notre road-trip en bivouac c’est par ici !

Voilà pour ma tournée perso des spots. N’hésitez pas à observer sur Google Earth le territoire omanais car il existe beaucoup de petites lagunes, d’embouchures de rivières, pouvant être plus ou moins remplies d’une année à l’autre.

 

Plus d’infos sur son VIMEO